J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



vendredi 17 mai 2013

Conférence matinale

Aujourd'hui vendredi 17 mai, j'étais l'invitée de la Maison de la Culture de Papeete, pour une conférence autour de Sweet Sixteen. 
http://www.lesnouvelles.pf/article/culture/annelise-heurtier-presente-sweet-sixteen

Dans la salle du "Petit théâtre"  (joliment décorée pour "Melting Pot", la pièce qui se joue en ce moment), j'ai présenté un diaporama d'une cinquantaine de slides (même que personne ne s'est endormi). 

Pour commencer et nous plonger dans le contexte du livre, j'ai évoqué l'American Way of Life des années 50/60 :  le boom de la société de consommation dopée au crédit facile et à l'innovation, la figure de l'entrepreneur comme modèle de réussite sociale
, le mode de vie suburbain, le puritanisme, Elvis, Heminghaw, Jackson Pollock, la guerre froide....mais aussi la ségrégation et l'exclusion des minorités, le tout, en m'efforçant de donner des anecdotes que je trouve représentatives. 
Tiens, est-ce que vous saviez que dans la Cadillac Eldorado Brougham, vous aviez un distributeur de cigarettes, un étui en cuir avec carnet de notes et stylo, un service de 6 gobelets en métal aimanté et un nécessaire de maquillage pour dames avec poudre, rouge à lèvres et parfum Arpège, de Lanvin ? 


Ma Picasso elle n'a pas de distributeur de parfum...quelles pinces, chez Citroën..


Ou que le terme Rock'n'roll (que l'on doit au DJ Alan Freed) signifiait "faire l'amour" en argot noir ?
Que l'appellation des lois Jim Crow venait de la chanson "Jump Jim Crow" chantée par un émigrant anglais en 1928, qui se barbouillait de noir pour imiter les afros-américains ?
Que Frankie Lymon avait été viré par sa maison de disques après avoir eu le "culot" de faire danser une blanche sur un plateau ? 

Non ? Ben voilà, vous auriez du venir aussi.

Dans la deuxième partie de la présentation, j'ai abordé plus en détail l'histoire qui sous-tend Sweet Sixteen, à savoir, les neuf de Little Rock (oui je sais, on commence à le savoir, mais promis, bientôt je parlerai d'autre chose), en ponctuant le propos par des extraits du livre. 

Puis nous avons terminé la matinée avec une (belle) séance de questions- réponses autour de ce livre en particulier et du "métier" d'écrivain en général. 

Bref, pour résumer, c'était vraiment très sympa ! Merci à ceux qui étaient présents et en particulier à Corinne du collège Anne-Marie Javouhey ainsi qu'à Sandrine du collège Hiro de Faa'a, et bien sûr à Mylène Raveino, de la Maison de la Culture.

A refaire ! 





1 commentaire:

Sardine a dit…

J'aurais adoooooré être là !
Ah si seulement j'avais réussi à dégivrer ma serrure...