J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



mercredi 25 décembre 2013

En images et en mots

Quel boulot ! Félicitations aux élèves du collège Ronceray du Mans pour tout le travail qu'ils ont fait autour de ma venue et de Sweet Sixteen (Casterman). 



  • Un diaporama en musique : 


http://prixdeslecteurs.wordpress.com/2013/12/23/sweet-sixteen-diaporamas-de-la-rencontre-avec-a-heurtier/



  • Des vidéos des saynètes jouées par Axel, Rabab, Coralie, Samantha, sur dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/x18h8ih_sweet-sixteen_webcam


Sweet Sixteen par vincentlemans



  • Un très joli compte-rendu : 


http://prixdeslecteurs.wordpress.com/2013/12/23/sweet-sixteen-compte-rendu-de-la-rencontre-avec-a-heurtier-par-les-eleves-du-ronceray-le-mans/






Sweet Sixteen : compte-rendu de la rencontre avec A.Heurtier par les élèves du Ronceray (Le Mans)

Plusieurs semaines déjà que  nous lisons et étudions le roman Sweet Sixteen, sélectionné pour le prix des lecteurs de la ville du Mans, que nous remontons le temps, plongés dans l’Amérique ségrégationniste des années 50. Le  grand jour qui couronne et récompense nos efforts est enfin arrivé, celui où nous  rencontrons son auteur, A.Heurtier.
Moments choisis
Pourquoi a-t-elle écrit un roman sur la ségrégation raciale aux Etats-Unis ?
Après avoir vu en 2011 le film de Tate Taylor, La couleur des sentiments, qui a pour cadre l’Amérique ségrégationniste des années cinquante,  A.Heurtier avait le projet d’écrire un roman sur Martin Luther King,  un de plus, dit-elle avec humour ! quand elle est tombée par hasard sur un article de presse relatant l’histoire des 9 de Little Rock, un épisode partagé par tous aux Etats-Unis, mais très peu connu en France et qui a éveillé sa curiosité. Elle a réalisé très vite qu’elle avait trouvé le bon sujet. Mais comme elle ne savait rien ou presque du quotidien des américains de l’Arkansas en 1957, elle a  collecté pendant 5 mois une masse considérable d’informations, mené des recherches sur internet, consulté les archives de la Bibliothèque du Congrès, acheté l’autobiographie de Melba Pattillo, Warriors don’t cry (les guerriers ne pleurent pas), afin que son récit pût toujours se targuer d’être vraisemblable.
A.Heurtier, soyez rassurée ! Nous vous le disons  haut et fort :votre pari est réussi. Vous avez su si habilement mêler réalité et fiction que tout nous a semblé vrai. Nous avons rêvé et tremblé avec Molly, espéré avec Grace, nous avons cru en elles, comme celles-ci ont cru en nous, lecteurs. Leur histoire est  le fruit inouï de ces mots qui ont grandi en nos cœurs et que nous nous délectons à lire aujourd’hui avec vous.
Pourquoi a-t-elle choisi la double narration ?
A.Heurtier a adopté alternativement le point de vue de Grace et de Molly sur l’histoire qu’elle raconte, afin que ses personnages  évoluent, imperceptiblement, au fil des mots, par petites touches, comme dans la vie. En leur  restituant leur irréductibilité, leur part d’ombre et de libre arbitre, elle les rend plus attachants, plus vrais, plus humains. Ainsi rien ne laissait présager, au début du roman, que Grace et Molly se rapprocheraient jusqu’à se découvrir l’une l’autre derrière la couleur de leurs différences et que naîtrait une réelle amitié,  ô combien improbable, entre deux adolescentes qui vivaient côte à côte sans se voir, tissée de liens fragiles, parfois aussitôt rompus, de mains tendues en secret, par delà des univers intangibles, immuables, traversés cependant par des éclairs de conscience, l’éveil de voix discordantes et rebelles.
Son  rêve ?
Rencontrer Melba Pattillo, qui a inspiré le personnage de Molly et l’écriture de ce roman,   journaliste en Californie, à 8 heures d’avion seulement de Tahiti ! Ce serait un grand honneur, une grande joie, si grande que peut-être elle serait trop intimidée pour oser lui parler, une grande crainte aussi, qu’elle lui reproche d’avoir trahi la vérité de son combat. Alors que son but n’était pas d’écrire une leçon d’histoire ou de délivrer un message, mais de retranscrire, dans l’émotion, le vécu douloureux de ces 9 étudiants noirs du lycée central de Little Rock, humiliés, insultés, menacés, jetés en pâture à la haine ordinaire de 2500 blancs, de rendre hommage à leur courage, à leur volonté farouche et inexorable pour qu’un jour le monde change.
De quel personnage est-elle la plus proche ?
Honnêtement, elle ne sait pas si elle aurait eu la force comme Molly de rêver l’égalité, de contester la supériorité naturelle et historique des Blancs, de vouloir changer les choses et encore moins peut-être le courage, tout aussi admirable, de Grace, jugée trop claire par les membres du Klan pour avoir vu l’invisible couleur, pour avoir mis en doute les certitudes séculaires qui lui ont été transmises depuis son plus jeune âge, héritées de la traite des noirs, de l’esclavagisme, des lois ségrégationnistes, pour avoir osé penser différemment.
Que ressent-elle  lorsqu’elle écrit?
Elle vit de multiples destins et existences ; elle ouvre des portes sur l’immortel infini des possibles. Je est un autre, un voyageur dans un temps comme suspendu. L’état de transe qui  la saisit alors et dans lequel elle  s’oublie soi-même est la raison de son attrait, de sa fascination pour l’écriture.
Auteur, est-ce un métier ?
A.Heurtier est un auteur qui vient de loin, au sens propre (tahitienne de cœur et d’adoption, elle habite en Polynésie française, confetti des antipodes) et au sens figuré (elle n’avait jamais pensé  faire de la littérature son vrai travail, mais se retrouvant sans emploi sur une île où hélas le soleil et la mer ne peuvent faire oublier des taux de chômage records, plus élevés qu’en métropole, écrire s’est imposé à elle tout naturellement.)
Plutôt qu’un métier, être auteur est davantage une passion, un engagement même si elle se défend d’être un écrivain engagé. On n’écrit pas pour gagner de l’argent et faire des profits. Mieux vaudrait alors tenter sa chance aux jeux. C’est une vérité aujourd’hui comme hier que l’on vit de sa plume plutôt mal que bien : trente centimes sur les 6 euros du prix de vente d’un livre tombent dans la maigre escarcelle de l’auteur. Le cas Rowling est une exception. On écrit, mus par une nécessité intérieure, impérieuse, qui exige des sacrifices.
Ecrire avec Internet
La panoplie de l’écrivain s’enrichit indubitablement des nouveaux outils numériques qui révolutionnent non seulement la manière que nous avons d’écrire mais aussi  notre perception des mondes les plus obscurs, les plus inaccessibles, les plus reculés de la réalité transmués par les mots. Nous sommes désormais allés trop loin pour revenir en arrière.  Ainsi la description de l’aéroport d’Oulan-Bator dans mon prochain roman, explique A.Heurtier, si elle doit beaucoup à l’imagination de son auteur, aurait été tout autre sans l’usage de Google Earth.
On fait cercle autour de AnneLise Heurtier, on l’écoute, impressionnés : rencontrer un auteur, quel honneur et quel privilège !
BeFunky_null_6.jpg
L’idole des jeunes, le groupe  rock « Sweet sixteen », en concert au Ronceray’s central High, a interprété son dernier tube, « Hope and courage are colourless », « L’espoir et le courage n’ont pas de couleur » !
Pour honorer la présence exceptionnelle de l’auteur des textes, Otthman, Océane, Linda, Ourida ont chanté leurs plus grands succès : The road from Little Rock, Ike strikes, The rocking badge of courage, Black side story, I have a dream, Side by Side, ……
Info exclusive pour les fans : un deuxième album est en préparation à Oulan-Bator, en Mongolie. Sortie prévue en 2014.
BeFunky_IMG_0011.jpg
BeFunky_IMG_0007.jpg BeFunky_IMG_0010.jpg
« Pour que plus jamais d’autres que toi, Molly, ne pleurent leur sweet sixteen ! »
Dans la boîte d’anniversaire que Laurine  a imaginée, une carte, des boules de neige de changements, multicolores, symboles d’un espoir toujours possible, d’une réconciliation, d’un avenir où tous les hommes marcheront main dans la main, comme des frères et des sœurs . On peut y lire des slogans tels que :
« Tous égaux, tous différents ! »
« Blancs et Noirs : marions les couleurs ! »
« Ensemble pour changer le monde ! »
BeFunky_IMG_0023.jpg BeFunky_IMG_0028.jpg BeFunky_IMG_0029.jpg BeFunky_IMG_0034.jpg
BeFunky_IMG_0005.jpg
Des questions en suspens sur le chemin du lycée central de Little Rock :
La ségrégation raciale n’existe plus depuis 1964 aux Etats-Unis. Mais qu’en est-il de la discrimination dans les Etats du sud aujourd’hui ?
L’élection d’Obama est-elle l’accomplissement de l’intégration, le couronnement du vivre ensemble ?
Molly était élève du lycée Horace Mann. Qui était Horace Mann ?
La NAACP (national association for the advancement of colored people) est-elle encore active? Et le Ku Klux Klan ?
Pourquoi le titre « Sweet sixteen » ?
 Chère Annelise Heurtier, « fringants ados, sans ride, sans chef et sans enfant », nous vous remettons votre diplôme d’auteur à lire et à relire, dans l’espoir que vous nous reviendrez vite, pour vos sweet thirty-five ?
BeFunky_IMG_0042.jpg BeFunky_IMG_00397.jpg
BeFunky_IMG_0041.jpg
On s’empresse, on s’agite, on se bouscule, on tremble un peu en attendant son tour. Une dédicace, ça se mérite ! A.Heurtier est la « star » de la médiathèque ce matin-là! Signer des autographes est la rançon du succès et notre vedette tahitienne s’y prête de bonne grâce, pour la joie de tous ses lecteurs !
BeFunky_IMG_0015.jpg BeFunky_IMG_0016.jpg BeFunky_IMG_0019.jpg BeFunky_IMG_00207.jpg
Pour la première fois, nous avions la chance de rencontrer un  auteur en chair et en os ; cette chance,  nous l’avons saisie au vol,  et nous nous en réjouissons.
A.Heurtier, vous avez illuminé de votre présence ce froid matin de décembre sarthois. Et vous nous avez convaincus : la littérature a un pouvoir incroyable, celui de nous aider à grandir, à devenir ce que nous sommes vraiment.
Merci de vous être livrée en toute modestie, sans réticence ni faux-fuyants, au feu nourri de nos questions, de nous avoir permis de faire notre miel de vos réponses, d’avoir levé le voile sur l’alchimie mystérieuse de votre création. Merci d’avoir fait de cette rencontre  un moment précieux dont nous nous souviendrons de plus en plus parce qu’il a fait sens pour chacun d’entre nous. Merci d’avoir écrit Sweet Sixteen, merci de nous avoir ouvert les yeux sur les justes combats à mener, aujourd’hui et demain.

lundi 23 décembre 2013

Mulhouse, Mulhouse, 36 heures d'arrêt !

Je mets à profit mon séjour en métropole : encore une semaine sur les routes de France !
(on dirait le jeu des mille euros). 


Après une après-midi riche en émotions à la librairie Decitre de Lyon Part Dieu, j'ai dû braver la foule pour courir jusqu'à la gare. Ensuite, telle une gazelle de Noël, j'ai sauté dans le TGV pour rallier Mulhouse et ses bus de seniors (merci au couple de la chambre d'à côté qui avait réglé le réveil - FORT - sur 5H30 ,j'espère que vous avez bien visité tous les marchés de Noël
).

Dans le cadre du prix littéraire des professionnels du Haut-Rhin, je suis en effet allée à la rencontre de plusieurs lycées, à Colmar, Guebwiller et autres villes pas-de-l'intérieur ;-)

Et malgré le gris de la pluie, c'était sympa !  En plus à la cantoche, c'était repas de Noël. Alors. 







Vous le réclamez à corps et à cris, le voici  ! Le jeu du trouve l'auteur.
On commence facile. 














Attention, ça se corse. 







Encore de belles rencontres, donc. Merci à tous les lycéens rencontrés (pardon pour ceux que je n'ai pas pu prendre en photo) et bravo aux professeurs pour leur enthousiasme et leur motivation !


mardi 17 décembre 2013

La maison jaune

Vendredi, j'étais l'invitée de la très agréable librairie La maison jaune, nichée dans une petite ruelle de Neuville- Sur -Saône. 




Regardez, c'est pas des blagues. 



Après une séance de dédicaces (un merci tout particulier à Laura,Didier et Danielle, Marc,Jacques et Jacqueline et leur torchon à moustaches !, qui se sont spécialement déplacés), j'ai rencontré les ados du cercle de lecture, avec qui j'ai échangé sur Sweet Sixteen et plus généralement, mon activité d'auteur. 
Et encore une fois, c'était vraiment sympa !




copyright- Le Progrès




Merci à Laura, Florence, et toute l'équipe de la librairie !

mercredi 11 décembre 2013

Le Mans

Lundi 9 et mardi 10 décembre, je suis allée à la rencontre des collégiens du Mans, dans le cadre du Prix des lecteurs 2014. Dix romans sont en compétition, et le nom du lauréat sera révélé au mois de mai prochain !
En général, les élèves rencontrent les auteurs au printemps...mais les organisateurs ont mis les bouchées double pour bouleverser leur programmation et faire coïncider la rencontre avec mon passage en métropole. 






Lundi, après un trajet en train quelque peu...bousculé pour cause de problème technique à la SNCF (vas-y que tu rates ta correspondance et donc, en cascade, tes 2 TGV), je suis enfin arrivée sur place, où j'ai pu passer deux heures en compagnie de collégiens de Marolles.
Contrairement à d'autres établissements scolaires, ce collège n'oblige pas tous les élèves à participer au Prix des lecteurs (= à lire les 10 romans avec toutes les pages dedans). Chacun est libre de participer ou pas et donc, seuls les volontaires rencontrent les auteurs. 



Jeu : retrouve l'auteur
Indice : elle a des talons 



Mardi matin 8H, j'ai commencé une journée marathon ! Quatre rencontres de 1H30/2H dans plusieurs médiathèques de la ville... 

La première, riche en émotions, à la médiathèque Aragon, en compagnie de deux classes de 3° du collège Ronceray.  


Plusieurs élèves m'avaient préparé de très belles surprises :


- La lettre qu'aurait pu écrire Grace à Molly, présentée dans une belle boite rose 




- Un school-bus rempli de questions




- Une pochette de disque d'époque 100% fabriquée, plus vraie que nature





- Des saynètes tirées du roman 


Un grand bravo à Laurine, à sa lettre sublime qu'elle a lue devant tout le monde !!


Ensuite, nous avons filé à la Médiathèque Sud, pour rencontrer les élèves du collège Anne Frank. 

Jeu : retrouve encore l'auteur
indice : elle fait exactement la même pose que sur la photo d'avant


J'ai ensuite passé l'après-midi à la médiathèque d'Arnage, où j'ai successivement rencontré deux classes de 4°, qui avaient préparé des questions très intéressantes ! Là encore, de jolies surprises avaient été préparées, je remercie les élèves et leurs professeurs ...




Une petite saynète avec, en guise de personnage, stabilo-boss et tube de colle 






Bref, une belle escapade au Mans, et une organisation remarquable.
Merci à Chantal Tuffier, à la 25° heure du Livre et à tous ceux qui participent à cette aventure. Je reviendrai avec plaisir ! (enfin, faut déjà que j'écrive un autre bouquin...)

jeudi 5 décembre 2013

Sweet Sixteen, sombres frites et marquise de Brinvilliers

Hier, j'ai passé une après-midi extra à la Librairie A pleine page de Lyon, où m'attendaient les non moins extra Françoise et Gaëlle (allez les voir, avec elles, aucun risque de repartir avec un bouquin qui vous tombe des mains !). 

Après un déjeuner très sympa qui a permis à Gaëlle d'embaumer la frite noire pendant tout l'après-midi (vous pensez bien que mes cheveux à moi sentent toujours la fleur de tiaré), j'ai pu rencontrer, sur la mezzanine dédiée au club de lecture, la dizaine d'ados qui le composent.
Et quels ados ! Franchement, des interventions comme celle-ci, je veux bien en faire tous les jours ! Nous avons parlé de Sweet Sixteen, de Tahiti, de la Marquise de Brinvilliers, des kumaris, des basha posh, de l'Assommoir, des trous dans les panneaux corses....






Merci donc à Emma, Louis, Viktor, Enzo, Inès, l'incroyable Ambre ( au niveau histoire de France, Stéphane Bern peut aller se rhabiller), Antoine, Guillemette, Justine et son plâtre, Alyaume, Flavie....d'être venus avec le sourire ! Restez comme vous êtes ! 

Et en plus, je suis repartie avec Le coeur des Louves, que j'avais envie de lire depuis un moment (et dont les premières pages m'ont bien plombé le moral, genre "j'arrête d'écrire tout de suite", merci Stéphane Servant, d'avoir autant de talent). 


Comme Stéphane Servant ne sait peut-être pas que je suis une fille trop chouette et trop marrante
(et aussi un peu parce qu'il n'était pas là), Gaëlle et Françoise ont dédicacé le livre à sa place



samedi 30 novembre 2013

Montreuil 2013

Me voici de retour du salon du livre de Montreuil, où j'ai dédicacé mes livres sur le stand des éditions Casterman.
Merci à tous ceux qui sont passés me voir (surtout ceux qui sont repartis avec un bouquin...non je blague, les autres aussi va^^), je suis encore toute étonnée que vous ayez été si nombreux ! 






le joli bandeau tout nouveau qui va bien



une jolie photo de la non moins jolie Drawoua Baobab






et sinon, Severine, j'espère que tu n'as pas eu "encore plus mal après" ;-) 

mardi 26 novembre 2013

Prix NRP

Cette après-midi, mercredi 27, j'ai eu l'honneur de me voir remettre le fameux prix NRP et j'avoue que je me sens toute petite (d'accord, encore plus petite ) à côté de tous ceux qui ont été distingués avant moi ! 
Le prix NRP est décerné chaque année à 3 ouvrages de littérature jeunesse, par un jury composé de documentalistes et de professeurs de lettres. Cette année, je partage donc ma joie avec Jérôme Leroy (Norlande, Syros) et Charlotte Erlih (Basha Posh, Actes Sud Junior). 

Comme il ne m'était pas vraiment possible d'aller à Paris à la remise des prix (je viens à peine de terminer mes 30 heures d'avion et ma petite et moi tentons de nous remettre de 12 heures de décalage horaire), j'ai rédigé un petit texte que Brigitte G., la responsable Presse du groupe Flammarion, a lu à ma place. Pas évident, comme exercice. Le voici ! 




Tout d’abord, sachez que je regrette de ne pas être parmi vous aujourd’hui, mais Brigitte, qui sait à quel point je suis ravie de l’honneur qui m’est fait, saura vous communiquer mon enthousiasme par le biais du présent message. Brigitte, c’est le moment de sourire ! 

Plus sérieusement, je voudrais remercier les organisateurs du Prix , les votants ainsi que tous les lecteurs qui ont lu ce roman et qui ont découvert (ou redécouvert) cet épisode trop peu connu de l’histoire des Etats-Unis. Je remercie également mon éditrice qui a permis à ce manuscrit de se frayer un chemin hors de mon ordinateur.
Je l’ai dit, je suis ravie de recevoir ce prix – d’ailleurs j’espère que Brigitte sourit toujours - comme je l’aurais été pour n’importe quel autre roman que j’aurais écrit . Mais j’avoue que je suis d’autant plus satisfaite que ce soit précisément Sweet Sixteen qui soit mis à l’honneur. La thématique soulevée dans cette histoire vieille de plus de 60 ans n’a finalement pas pris une ride. Lorsque l’on évoque la ségrégation raciale, le KKK ou plus généralement la question noire aux Etats-Unis depuis l’esclavage jusqu’à l’émergence du mouvement pour les droits civiques, l'on s’indigne, et à juste titre. Mais au final, je ne suis pas sûre que l’on puisse dire que notre société a tant évolué qu’on veut bien le croire, ou le dire.
Des événements récents tendent plutôt à nous démontrer le contraire. Aujourd’hui, c’est de l’autre côté de l’Atlantique qu’un Président noir a été élu. Et c’est chez nous, le pays des Lumières, que la parole raciste tend de plus en plus à se normaliser, et que globalement, le rejet de l’autre se fait sentir, qu’il soit question de couleur de peau, de religion ou de sexualité.
Sweet Sixteen a été retenu dans de nombreuses sélections et je m’en réjouis. Au delà de la satisfaction et de la fierté qu’il y a toujours à recevoir un prix, je retiens surtout que cette « médiatisation » permettra à ce roman d’être lu. Et si cette lecture peut inciter le lecteur à s’interroger, à prendre du recul (qu’aurions nous fait à la place des protagonistes de ce roman, qu’il s’agisse des noirs ou des blancs ?), je me sens d’autant plus récompensée.
Enfin, je ne saurais terminer ce message sans rappeler et saluer les 9 de Little Rock, qui ont eu la force et le courage de poursuivre leur rêve.

Merci!


Plus d'infos ici : 




vendredi 22 novembre 2013

Chez UPS ce matin

Aujourd'hui, j'ai reçu mon premier exemplaire de Babakunde, un album à paraître très prochainement aux éditions Casterman.
Merci à Mariona Cabassa pour son sublime travail (et merci à Anne-Catherine, chez Casterman, pour avoir pensé à Mariona).

Il sortira officiellement le 15 janvier 2014, mais si vous êtes du genre à avoir peur de manquer, vous pouvez toujours le commander dès à présent chez votre libraire préféré ou en ligne (mais uniquement si votre libraire est un vieux grippe-sou souffrant d'halitose, bien sûr).


Babakunde est un conte "sage". J'adore les contes sages.

Fichtre, si ça se trouve je suis une vieille moralisatrice. Heureusement que je suis jeune et fun (hein mes enfants), sinon je me ferais du souci.


Voici le texte des premières pages ! 



Babakunde était l’homme le plus puissant de la tribu.
Avec sa famille, il habitait une belle colline de terre rouge surplombant les cases du village. Sa maison était si grande, les rangs de son bétail si serrés qu’il aurait pu loger et nourrir tous les villageois.


  
Babakunde était un homme très occupé. Posséder autant d’animaux, entretenir une si vaste propriété n’était pas chose aisée ! 
Aussi, de l’aube au crépuscule, Babakunde ne se reposait jamais. Arpentant ses terres brûlées par le soleil, il vérifiait ses troupeaux, faisait réparer les clôtures ou partait chasser l’antilope.
Quand il revenait, il buvait une grande rasade de lait au miel… avant de s’affairer de nouveau, recevant des marchands de passage, donnant mille consignes à ses serviteurs ou faisant arranger l’intérieur de sa case.  





 



jeudi 21 novembre 2013


Sweet Sixteen est dans la sélection "des meilleurs romans du moment" du fameux magazine Citrouille (comment ça il y a encore des gens qui ne connaissent pas ? ) en compagnie de Stéphane Servant - lisez le Coeur des Louves ! - , Mourlevat et autres Martin Page...
Un peu dingue, non ?


Si je voulais faire ma crâneuse, je dirais même (han, et elle le dit en plus !) que les articles continuent à paraître au sujet de ce roman (tenez c'est là ==> ;fu fu fu  ; mais que voulez-vous il faut bien faire sa promo pour remplir son frigo).
En vrai, cela devrait me motiver à me lancer dans un nouveau "gros" projet plutôt que de brasser. De l'air.
En même temps, il faut dire que j'ai des circonstances atténuantes. En ce moment même, H-48 avant 30 heures d'avion, je suis complètement obnubilée par l'extermination des tigres qui sont chez moi (oui ça va, des moustiques-tigres), histoire de ne pas me retrouver transformée en épave raalante et agonisante à cause de cette sal*perie d'épidémie de dengue. (hé, je connais une fille qui a du annuler son mariage à cause de ça...)
Et donc, puisque j'ai la raquette électrique dans une main, il ne m'en reste plus qu'une pour taper sur mon clavier.
Et donc (bis), vous n'avez pas idée du temps qu'il m'a fallu pour écrire ce post de la plus haute importance. 

Tiens, d'ailleurs, justement, si vous avez envie de lire quelque chose de plus intéressant, filez donc sur le blog de La Mare aux mots où, récemment, outre une chronique sympa sur Charly Tempête (ok, c'est bon je l'ai placé), vous vivrez un beau moment de lecture grâce à l'auteur Pierre Delye (oui mais voilà, moi aussi j'écrirais des trucs à la cool si il n'y avait pas deux épidémies fulgurantes qui veulent m’empêcher de prendre l'avion. Bon ok j'arrête).
Bref, c'est ici ! http://lamareauxmots.com/blog/les-invites-du-mercredi-claire-garralon-et-pierre-delye-concours/

Il y a a également cet article de ma copine l'éminent Docteur Clémentine Beauvais qui excelle dans l'art du discours pertinent : 
http://www.clementinebeauvais.com/eng/2013/11/20/how-to-write-a-picturebook-text-in-10-minutes/
(vous pouvez lire tout son blog, d'ailleurs)

Et pour terminer, j'ai une chouette nouvelle à vous annoncer pour la semaine prochaine, mais chuut ! j'ai pas encore le droit de le dire. 
(non maman, je ne suis pas enceinte du 3°, merci ça ira)

mardi 29 octobre 2013

C'est toi l'auteur ?

Sous mes tropiques, quoi de neuf en ce moment ? 


* Une baignade avec les baleines (oui, je sais, ça n'a rien à voir mais quand même...des baleines quoi !)


vraie photo de vraie baleine prise par mon vrai petit mari



* Des valises qui se préparent (si cette fois il y a un rapport....je serai au salon du livre de Montreuil le samedi 1° décembre de 11H à 13H, sur le stand des éditions Casterman, même que je rate mon gala de danse tahitienne pour ça. Alors). 
J'ai aussi répondu présente à l'appel de plusieurs librairies :
- A pleine Page (Lyon) le mercredi 4 décembre de 14h à 16h
- La Maison Jaune (Neuville sur saone) le vendredi 13 décembre de 16h à 19h
- Decitre (Part Dieu) le mercredi 18 décembre



Je serai également dans plusieurs lycées du Mans et de Mulhouse les 9-10 décembre et 19 décembre.

Venez me voir ! (promis je n'essaierai pas de vous fourguer un bouquin. Sauf si vous êtes riche.)





* Une intervention dans un collège de Tahiti, où j'ai pu rencontrer une quarantaine de collégiens qui, installés sur les peue, m'attendaient avec leurs questions. Un moment bien sympathique et...divertissant. 

Imaginez un troupeau d'élèves qui entre dans la salle et s'installe dans un joyeux brouhaha vert sapin (couleur des uniformes).
Un des collégiens se poste devant moi, me regarde de haut en bas (de très haut, puisqu'il doit bien faire une tête de plus que moi) puis me lance, sourcils froncés : 

- C'est toi l'auteur ? 
Moi, je hoche la tête et lui adresse mon plus large sourire ...d'auteur.
- Oui ! Bonjour ! 
Et lui de me jauger d'un oeil dubitatif, voire déçu : 

- Ben t'es petite hein ! 

:-)

personne ne dort, c'est un signe




* Deux nouveaux tomes de Charly Tempête (Casterman) bouclés, avec un tas de nouvelles inventions dedans :-D
Ils sont maintenant entre les mains expertes de Clotka, qui rempile pour l'illustration ! J'ai hâte de voir ce que ça va donner ! 









* Une nouvelle sélection pour On n'a rien vu venir, notre roman à 7 voix qui devient (malheureusement) de plus en plus d'actualité, je trouve  !
C'est ici Prix plaisir de Lire 2014, organisé par les documentalistes de L'Yonne


Et voici d'ailleurs ce qu'en dit La valse des pages : 

"Je suis sortie de cette lecture complètement bluffée et il m’a d’ailleurs fallu un peu de temps avant de pouvoir en parler. C’est un livre qui va me trotter longtemps dans la tête, je le sais et je vais d’ailleurs me faire un plaisir d’en parler autour de moi, car il me semble évident qu’il doit être lu ! Certes, tous les livres sont faits pour être lus… Mais celui-ci encore plus que les autres ! Il devrait même être inscrit sur les listes des livres recommandés par le Ministère de l’Éducation nationale ou élevé au rang d’ouvrage d’utilité publique…"

http://lavalsedespages.wordpress.com/2013/09/05/on-na-rien-vu-venir/







* Une 10° et 11° sélection pour Sweet Sixteen : le prix littéraire des Costarmoricains 2013/2014 et le Prix Plaisir de Lire 2014 (oui, le même)





* Des articles qui continuent de fleurir à propos de ce même ouvrage...Dans les derniers publiés, 

            - une petite chronique télé à revoir ci -dessous
            (qui comporte pourtant une énorme erreur...pour quelqu'un qui parle du roman                 avec autant d'enthousiasme, j'avoue que cela m'a laissée aussi perplexe que mon               collégien rencontrant l'(h)auteur !)


            http://www.vmtv.fr/Sweet-Sixteen-de-Annelise-HEURTIER_v142.html

          - Un article dans la sélection 2014 du réseau des bibliothèques de Val de Marne

          - Un article sur le blog de Nathalie et Lisa


  J'ai trouvé le récit très bien construit et, pour ce que je connais de cette période, très réaliste.   Certaines scènes sont particulièrement marquantes : les manifestations des parents devant l'école, les violences que font subir les lycéens blancs aux neuf adolescents noirs. 

J'ai tout simplement dévoré ce livre en une journée. Les événements s'enchaînent rapidement. J'ai été touchée par ces deux adolescentes. Je voulais absolument connaître le dénouement de l'histoire, qui me restera en mémoire un moment je pense. Je ne peux que vous conseiller ce roman intéressant et bien construit (sans compter que l'objet livre est très beau). 


les autres critiques sont ici ! Là.