Invitations, rencontres scolaires : prochaine présence en métropole du 18 juin au 8 août 2014.
En dehors de ces dates : me contacter (heurtier@gmail.com) pour évaluer la faisabilité d'un retour / ou
visioconférences (Skype).

mardi 16 septembre 2014

Tous pour un !

Aujourd'hui mercredi 17 septembre, le 4° tome des aventures de Charly Tempête sort en librairies ! 

Dans "Tous pour un", Charly et sa bande d'amis se démènent pour qu'Igor - les finances de la famille ne sont pas au beau fixe - puisse venir en classe de neige avec le reste de la classe.   
Les travaux de jardinage chez les voisins ne s'avèrent pas très lucratifs, mais Charly et sa bande ne sont pas à court d'idées...

Comme d'habitudes, bonne humeur et inventions idiotes sont au rendez-vous :-) 


illustrations Clotka




Voici ce qu'en dit Pauline Thierry, qui l'a déjà lu ! 

"Certes, les enfants ne sont pas très doués en jardinage ou ne tombent pas forcément à pic pour laver les voitures déjà propres. Mais avec de l’aide, de l’écoute, un landau et un projet de bric à brac, on peut en venir à concevoir quelque chose de très utile qui donne l’impression que la neige est déjà en train de tomber. Si si ! Dans ce quatrième tome que connaît l’adorable Charly TempêteAnnelise Heurtier frappe encore fort. Tous pour un! propose une vraie leçon de vie déguisée en une aventure un peu déjantée. Cette petite troupe est un exemple d’acharnement pour l’égalité et son récit une bouffée d’oxygène qui fait donc autant rire que prendre conscience. S’amuser ainsi n’est-il pas parfait ? Quel défi inspirant !"


Tout comme Canel : 


"Ce petit ouvrage m'a agréablement surprise. Je m'attendais à un récit gentillet autour de thèmes souvent repris dans ce genre de littérature - séjour scolaire, entraide. Et non ! des bons sentiments oui, mais ni mièvres ni larmoyants, et surtout beaucoup d'humour
punchy dans les reparties et les aventures de cette joyeuse bande."




Alors, ça donne pas envie, ça, hein ? 





Vous pouvez en profiter pour relire les 3 autres, cela va sans dire...






lundi 1 septembre 2014

Premiers avis !

"Combien de terre faut-il à un homme " (ill Raphael Urwiller, aux éditions Thierry Magnier) est sorti il y a moins d'une semaine et voici d'ores et déjà quelques avis très agréables à découvrir !
Je mettrai les suivantes directement dans la catégorie "revue de presse" (sur la droite), comme je le fais pour mes autres ouvrages. N'hésitez pas à aller jeter un oeil ! 





Cliquez sur le lien pour découvrir ces sites et lire les chroniques dans leur intégralité !







[...]

Anne-Lise Heurtier  dont on sait le talent pour s’emparer des histoires s’inspire ici d’une nouvelle de Tolstoï pour proposer au lecteur une ballade dans la Russie éternelle mais aussi une réflexion sur l’appât du gain, la volonté farouche de ces hommes de la terre qui voudraient en posséder toujours au risque de ne plus voir l’essentiel et le bonheur à portée de main.

[...]




dans la catégorie coups de coeur de la rentrée, merci !!


[...]


Houahou ! voilà un album jeunesse aux superbes couleurs, avec un format cinémascope très bien utilisé et une histoire d’une grande profondeur.
Tout est dans le titre, l’histoire d’un homme qui part d’un petit bout de terre et qui va vouloir toujours un peu plus, jusqu’à sa perte. Un album au souffle épique, dans les décors de Sibérie que nous vous recommandons très très fortement. 


[...]

C'est une magnifique (et tragique) histoire qu'adapte ici, avec beaucoup de talent, Annelise Heurtier. Un conte russe qui a plus d'un siècle et qui est pourtant tout aussi parlant aujourd'hui. 
[...]


[...]
Un album qui se présente à l’italienne, magnifiquement illustré et imprimé en tons directs — chose assez rare pour être soulignée — et qui participe de l’intérêt graphique de cet album. Mais au delà du travail de chromie, qui imprègne de lumière tout le livre, il y a là encore une extraordinaire maîtrise de l’espace de la page. On est sous le charme paradoxe de ces images qui peuvent sembler figer au premier abord, mais qui sont surtout un vibrant hommage à un art de la fresque particulièrement omniprésent dans l’iconographie russe. Cette dynamique d’ensemble joue avec les contrastes et les surimpressions et surtout l’utilisation optimale d’une double page panoramique, laquelle offre un angle très large à l’illustrateur et emmène parfois le lecteur hors du champs, hors du livre dans les vastes étendues de la Russie occidentale.
Encore un petit trésor à découvrir d’urgence dans votre librairie sorcière bien aimée.

[...]
Ce qu’il y a d’intéressant dans cette histoire, adaptée pour les enfants, c’est une morale saine et intelligente: faire attention à sa propre ambition, elle peut vite nous dépasser et nous consumer.
Quant aux illustrations, elles sont tout simplement géniales. L’utilisation des trois couleurs, rouge, orange et bleu, est parfaite. Raphaël Urwiller est une véritable découverte artistique.
Je ne sais pas si cet album, de part son originalité, plaira au plus grand nombre. En revanche, il mérite d’être découvert et promu parce qu’il est précieux.
[...]

[...]
Ce très beau livre illustré reprend une des nouvelles de Tolstoï. Tout de couleur bleu jaune et rouge, il offre de magnifiques images de la vie traditionnelle Russe.




  • Dans le journal "La dépêche de Tahiti" (26 août 2014)

vendredi 25 juillet 2014

Combien faut-il de terre à un homme ?





A l'été 2011, en vacances dans la maison d'Opio, j'étais littéralement tombée en amour pour cette nouvelle acide et sombre de Tolstoï, et, avec ma petite blondinette toute neuve blottie dans l'écharpe, je m'étais mise en tête de l'adapter en album. 
Trois ans plus tard, voilà enfin cet incroyable texte mis en images par Raphael Urwiller, du duo Icinori, des artistes fabuleux que je vous invite à découvrir sur leur site ici ou dans une interview



Voici un aperçu de leur travaux :




copyright Icinori 





copyright Icinori




Je suis plus que ravie de cette collaboration avec les éditions Thierry Magnier. 
Merci à Angèle Cambournac pour sa confiance. 



copyright Thierry Magnier 





Sur son lopin de terre de l'ouest sibérien, le paysan Pacôme vit avec sa femme et ses trois enfants.
Chaque matin, aux heures blanches et glacées, Pacôme chausse ses larges bottes et s’en va travailler. Il n’est pas riche, mais sa famille ne manque de rien. Le feu crépite souvent dans la cheminée et à l'heure du déjeuner, l’odeur du bortsch flotte dans l’isba.
Cependant, dans son petit champ balayé par les vents, Pacôme se sent à l'étroit. Son cheval a besoin de galoper et sa vache trouve toujours le moyen d’aller brouter l’herbe du voisin.

"Si seulement j'avais plus de terres" soupire-t-il en regardant par delà la clôture, " je pourrais être tout à fait heureux".  






mardi 8 juillet 2014

Misaotra

Je crois que c'est la première fois qu'un prix aussi "exotique" est décerné à l'un de mes livres : Sweet Sixteen a remporté une 7° récompense, le Prix Ravinala du livre voyageur, au collège Françoise Dolto de Madagascar ! 

Dans la catégorie 3°, les autres livres en lice étaient :
Max de Sarah Cohen-Scali

- Amour mortel de Gilles Abier
- La vraie couleur de la vanille de Sophie Chérer
- Le coeur n'est pas un genou que l'on peut plier de Sabine Panet




Misaotra à tous les votants !





 

jeudi 3 juillet 2014

Vivement la 30ème !

C'est tout de même un peu fou, cette aventure Sweet Sixteen !

Aujourd'hui, je viens d'apprendre que le roman est sélectionné pour la 27° et 28° fois, dans le cadre de deux nouveaux prix littéraires :

- Le Prix Paul Langevin 2014/2015 (académie de Nice)

- Le concours de lecture " Les goûts et les couleurs 2014/2015" (académie de Rennes)


Il vient également de faire sa rentrée dans les bacs de France Loisirs, qui a acheté les droits et qui le recommande chaudement :

"Une histoire incroyable, vue et racontée des deux côtés d’un monde qui devrait être uni. D’une part le regard de Grâce, une jeune bourgeoise blanche, et de l’autre côté Molly, une adolescente noire… Un livre inoubliable inspiré de faits réels, à lire absolument, parents comme ados"



Alors si j'atteins les 30 sélections je paye l'apéro !



Bon OK là c'était à Bora-Bora mais on peut toujours le prendre là-bas, l'apéro, n'est-ce pas ...