J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



mardi 8 avril 2014

De Tahiti jusqu'à Oulan-Bator

Mercredi 2 avril dernier, alors que l'on sillonnait les routes de Nouvelle-Zélande au son de douces récriminations enfantines (mamaaaan c'est loooooong ! On est bientôt arrivés ? / Non mon fils, on est encore sur le parking) sortait chez Casterman "Là où naissent les nuages", un roman ado qui nous emmène des chics trottoirs de Paris jusqu'aux steppes de Mongolie. 
J'ai adoré voyager virtuellement là-bas (merci Internet, Google Earth et autres blogs de voyageurs...), et durant quelques mois, j'ai presque eu l'impression qu'il faisait moins chaud dans mon bureau écrasé par la moiteur tahitienne. J'ai dit presque.

Quoi qu'il en soit et où que vous soyez, j'espère que vous éprouverez autant de plaisir à le lire que j'ai eu à l'écrire ! 








Merci aux librairies et blogueurs qui l'ont déjà lu...et aimé ! Comme par exemple, la librairie l'Emile, à Paris


Annelise Heurtier nous avait enchanté en 2013 avec son dernier roman. Sweet Sixteen mettait en scène Molly, une adolescente noire qui intégrait pour la première fois un lycée public jusque là réservé aux blancs. Vous pourrez trouver notre critique ici.
C'est avec cette même émotion que l'on découvre aujourd'hui (enfin presque, puisque vous ne le trouverez à la librairie qu'à partir 2 avril) Là où naissent les nuages, toujours aux éditions Casterman. Cette histoire, c'est celle d'Amélia, parisienne de notre temps. Fille unique, mal dans sa peau, elle mène une existence sans encombres, aimée de ses parents. Un matin, lorsque une lettre arrive tout droit de Mongolie, le passé engagé de sa mère dans l'humanitaire refait surface et ce n'est non pas son voyage, mais celui de la famille entière qui est envisagé pour l'été. Amélia, habituée au confort et à la facilité, va se retrouver face au désarroi d'un bidonville et à la beauté des paysages.

Écrit à la première personne, Là où naissent les nuages nous raconte son voyage au bout du monde, au propre comme au figuré. Ce livre nous sensibilise en douceur aux causes qui comptent et nous met sous le nez une misère à laquelle on ne pense pas. Le personnage d'Amélia est très riche, et évolue dès les premières pages. Drôle et sensible, son récit est un délice ! C'est avec elle que l'on découvre l'inconnu et le magnifique, Annelise Heurtier nous ensorcelle et nous fait voir des choses auxquelles nous ne pensions pas et, surtout, que l'on n'imaginait pas si bien percevoir !

On l'a lu et on vous le recommande (très très) vivement à tous, dès 12 ans !



Rendez-vous ici pour la revue de presse complète. 





Et pour le prochain roman.....je vous emmènerai en Érythrée. Je sais, je suis moins chère qu'une agence de voyage, ne me remerciez pas. 






3 commentaires:

Sardine a dit…

Bravo Madame !
Pour tous ces mots récoltés ici et là, et pour ta si belle histoire !

paikanne a dit…

Je voyage aussi "dans le désordre" : après Sweet Sixteen et Là où naissent les nuages, je me suis plongée dans Le carnet rouge :-)

Anonyme a dit…

Bonjour,
J'ai commencé et terminé hier votre livre. J'ai énormément apprécié votre style d'écriture, que j'ai découvert à travers ce livre. Ce fut un plaisir! Amélia, Franck, Bakar, les autres et surtout Mukshuk apparaissaient tout seul dans mon esprit, au fil des pages. J'ai vraiment adoré les découvrir, Amélia est vraiment très développée mentalement pour son âge, ahah.

Il y a juste la fin qui était un peu trop rapide, mais ce n'est qu'un avis. Pour les jeunes ados de 13 ans, ils ne le sentiront pas.

Merci d'avoir écrit ce livre et merci de m'avoir fait voyager. J'ai toujours rêvé d'aller en Mongolie!

C.

ps: par hasard, The Shelter, est-ce que ça existerait vraiment?