J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



samedi 2 mai 2015

Une fin de semaine aux accents internationaux !


Tout d'abord, j'ai la joie de constater que "Combien de terre faut-il à un homme ?" (éditions Thierry Magnier) s'exporte au delà de nos frontières. La belle maison italienne Orecchio Acerbo vient de l'ajouter à son catalogue, avec une traduction de Paolo Cesari. 
Bien entendu, ils ont conservé les sublimes illustrations de Raphael Urwiller sans qui l'album ne serait pas ce qu'il est. 


http://www.orecchioacerbo.com/editore/index.php?option=com_oa&vista=np&tipo=n&Itemid=63





"Les thèmes de l’envie de possession matérielle et de la (prétendue) nécessité d’accumulation font largement écho aux travers de nos sociétés occidentales, replètes et, parfois, déboussolées. La quête de la propriété, les injonctions à l’accumulation de biens : Pacôme les vit, déjà, au tournant du 20° siècle. Il ne fait pas figure de sage, s’essoufflant littéralement à rechercher l’extension de ses propriétés."
Chez Liseron








Ensuite, j'ai appris que la maison d'édition coréenne a racheté les droits de Là où naissent les nuages (ils avaient déjà traduit et publié Le carnet rouge et Sweet Sixteen. ) Sortie prévue l'année prochaine, avec une nouvelle couverture que je suis curieuse de découvrir! 


















Enfin, très bonne nouvelle, Casterman sort "Là où naissent les nuages" en version poche. Vous n'aurez plus aucune excuse pour ne pas l'avoir dans votre bibliothèque personnelle !
(Si si si, l'info rentre dans ma rubrique internationale. Après tout, c'est une maison belge ! Alors.) 





Bon week-end et bonnes lectures à tous ! 






1 commentaire:

Sardine a dit…

Bravo Madame !