J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



dimanche 18 janvier 2009

Trouver un titre, c'est tout un art.

Trouver un titre, c'est tout un art. Que je ne maitrise pas du tout.
C'est toujours la même chose. J'écris mon texte, je le bichonne, je le peaufine, je l'examine sous toutes les coutures et ensuite quand il est terminé, quand je peux enfin respirer, paf, il y a cette histoire de titre à trouver. Alors je trouve un truc, un truc temporaire et en règle générale, pas terrible (voire vraiment minable, soyons honnêtes).
Ensuite, je le sais, l'éditeur me demandera avec un tact certain si je n'ai pas "un autre titre à proposer". Mais c'est toujours un peu de temps de gagné. Je procrastine. Je sais, c'est puéril.
Pourquoi est-ce que je ne suis pas fichue de trouver de beaux titres ? Des titres originaux, des titres qui font qu'on se dit que le texte qui va avec est surement plein de sensibilité, d'intelligence et que son auteur n'est pas un charlot ? Il y en en plein, des titres qui me laissent envieuse. Allez, comme ça, à brule pourpoint : "Je marchais malgré moi dans les pas du diable" de Dorothée Piatek. Ou alors, "Extrèmement fort et incroyablement près" de Jonathan Safran Foer. Ou encore "Même les nuages je sais pas d'où ils viennent". Ou "Tout le monde s'embrasse sauf moi"...Ou "Syngué sabouhr" (même s'il n'y a que le titre que j'ai aimé!).
C'est sûr, vous allez dire, il faut déjà écrire un texte sensible et intelligent.

Alors quand il n'est plus possible de faire autrement, j'essaie de faire turbiner mon cerveau, parce que mon éditeur attend mes idées fulgurantes (pour hier).
Je vais au boulot, j'essaie de réfléchir mais je ne fulgure jamais rien sur le chemin. Il fait trop froid, ou trop chaud, ou trop tiède.
J'appelle mon amoureux à son travail et je lui expose mes dernières trouvailles. Comment ça, il n'est pas emballé ? Oh, vraiment, il ne comprend rien ! Et lui, est-ce qu'il a des idées ? Pffff, mais non, ça, ça ne va pas ! ça non plus ! Bon, je raccroche.
Je prépare le diner du mouflet : je coupe une carotte, je cherche, je m'attaque aux topinambours, je me coupe le doigt, aïe, je vais chercher un pansement.
Je demande à mon chat qui cherche à se planquer à cause de l'assaillant qui le suit pour lui tirer les moustaches ou lui faire gouter son roudoudou à l'odeur...musquée. Pas de réponse. Et rien ne me vient. C'est peut-être à cause du CD de comptines qui repasse pour la 100° fois pour le plus grand bonheur du mini-auditeur.
Alors, en chantant "bon voyage, M. Dumolleeeeeet !" je rêve que mon éditeur aura trouvé tout seul. Un truc super qui en plus, me plait, ça va sans dire.
Mais ça n'arrive jamais, c'est toujours à moi de chercher.

Hé, oh, y'a personne pour m'aider ???