J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



dimanche 11 octobre 2015

Au lycée hôtelier !

La semaine dernière, j'étais l'invitée du Lycée hôtelier de Tahiti, qui étudient Sweet Sixteen (Casterman), quand ils n'apprennent pas à cuisiner de délicieux gâteaux.  

Accueillie avec de très beaux colliers de fleurs, j'ai passé 2 heures très sympathiques en compagnie d'élèves très attentifs et intéressés ! Un bonheur ! Merci à Mehau d'avoir organisé ma venue, aux professeurs ayant impliqué leurs classes et aux élèves ! 












vendredi 2 octobre 2015

Coruscant

Voici certainement l'analyse la plus ébouriffante qui soit parue sur Refuges.
On la doit à la non moins ébouriffante Clémentine Beauvais, l'auteur du décapant roman "Les Petites Reines", paru chez Sarbacane, qui fera d'ailleurs l'objet d'une adaptation cinématographique. 

Clémentine, du haut de ses 25 ans, est également Docteur en éducation (littérature de jeunesse/philosophie de l'enfance) et chercheuse à l'université de Cambridge. Donc quand elle écrit un truc, vous êtes un peu obligés d'être d'accord avec elle. 

Voici un extrait de sa chronique, je vous invite à aller lire le reste (et tous ses autres billets, à la fois intelligents et drôlissimes, en plus vous apprendrez des mots que vous pourrez même réutiliser sur votre blog pour faire des titres de mystérieux)  http://clementinebleue.blogspot.co.uk/2015/10/refuges-dannelise-heurtier.html


[...]

J'ai dit que j'avais aimé les précédents livres d'Annelise, mais celui-ci est exceptionnel; non seulement dans son corpus à elle, mais plus généralement en littérature adolescente contemporaine. Ce roman, qui aurait pu être d'un consternant sentimentalisme, est absolument coruscant. A rebours des trois A de la grande majorité de la littérature ado (Action, Amour, Angoisse), il ne s'y passe presque rien. Bien sûr, les ados érythréens traversent la mer; quelques pages vers la fin sont pleines d'orages, de vagues et de terreur. Mais Annelise résiste fermement au sensationnalisme, et c'est le voyage intérieur de ces adolescents qui s'arrachent à leur pays et à leur famille que l'on suit beaucoup plus intensément. Quant à Mila, son action se résume à faire du vélo ou de la Vespa autour de l'île, et c'est au travers de ces errements circulaires que va évoluer son histoire et sa perception du monde. [...]



Un grand merci, Clémentine.