J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



jeudi 29 mars 2012

A vos crayons !

Lundi commenceront mes ateliers d'écriture à la maison de la culture de Papeete....Venez !!



PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES DU 2 AU 13 AVRIL 
MAISON DE LA CULTURE DE PAPEETE

Atelier d'écriture et d'imagination

Petits jeux pour inventer tout...et (presque) n'importe quoi ! 



Rejoins-moi...pour rire, rêver et inventer des histoires à dormir debout !
Que se passerait-il si tu achetais une paire de savates qui n'en font qu'à leur tête ? 
Si tu découvrais qu'après l'école, ta directrice se transforme en dragon en chaussettes rose fluo ? 
Si un lapin-pon rencontrait un éléphantome, que se diraient-ils ? 
Si on inventait des personnages farfelus ? Si on devinait pourquoi la sorcière Verdelurette pleure depuis une semaine ?
 Connais-tu Mlle Adèle, une machine à laver les poèmes ? 
Et si on apprenait que Boucle d'Or refuse de quitter la maison des trois Ours ? Viens, on va changer la fin des livres que l'on connait !



Chacun des ateliers se présente de manière ludique autour de jeux inducteurs destinés à susciter l'envie d'écrire.
2 groupes sont proposés pour une meilleure adéquation des jeux et des thèmes à l'âge  : 7/9 ans et 10/12 ans. 

lundi 26 mars 2012

De l'organisation !

Pour ne pas finir blackistées sur Facebook à force de vous arroser (7 fois) avec tous les articles qui paraissent au sujet d"On n'a rien vu venir", nous avons décidé de nous organiser. Et comme avec nos 7 cerveaux on est vachement plus malines, on a eu l'idée lumineuse de réaliser une revue de presse hebdomadaire.
En plus, ça nous permet de vous envoyer faire un tour sur le blog des copines...
C'est pas une bonne idée, ça ?
Cette semaine, c'est Anne-Gaëlle Balpe qui s'y colle (Madame 1° chapitre du livre, lisez aussi ses "potions de Papy guérit tout" ou la trilogie "Roulette Russe", c'est très bon ).

Et ça se passe ici :

http://annegaellebalpe.blogspot.fr/2012/03/on-na-rien-vu-venir-cette-semaine.html 


"On n'a rien vu venir", notre roman à sept voix (Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier, Agnès Laroche, Fanny Robin, Séverine Vidal et moi-même), et illustré par Aurore Petit, chez Alice Jeunesse, continue sa route, et bien, si l'on en croit la presse de cette semaine !

Sur Télé Bruxelles, tout d'abord, dans ce reportage du 15 mars :
http://www.telebruxelles.net/portail/emissions/magazines-a-voir-en-ligne/terre-urbaine/18471-150312-voyages-memoriels-des-ecoliers-en-visite-a-auschwitz-
Des étudiants belges font un "voyage de mémoire" à Auschwitz. S'en suit une discussion lors de laquelle la lecture de notre livre est conseillée. Moment émotion.

Et puis, de belles critiques un peu partout sur la toile...

http://campojeune.canalblog.com/archives/2012/03/23/23836413.html

http://librairiesandales.hautetfort.com/archive/2012/03/19/on-n-a-rien-vu-venir-roman-a-7-voix.html#more

http://www.moliere.be/blog/2012/03/et-si-ca-nous-arrivait/

http://librairiegensdelalune.fr/2012/03/seance-du-220312/

http://luciolemasquee.hautetfort.com/archive/2012/03/21/on-n-a-rien-vu-venir.html

Pour finir cette semaine par un coup de cœur des vendeurs de la FNAC !

http://livre.fnac.com/a4035931/Collectif-On-n-a-rien-vu-venir

Merci à tout ceux qui ont lu le livre et partagé leur enthousiasme !





Tiens, j'en profite pour vous faire lire une belle chronique sur le Carnet Rouge et la Fille au cheveux d'encre, sur le blog de la Mare aux mots (conseils de lecture)
http://lamareauxmots.com/blog/?p=4147




Une jeune fille à la recherche de ses origines et un jeune garçon amoureux



Aujourd’hui je vous propose de découvrir, si vous ne la connaissez pas encore, une jeune auteure très talentueuse : Annelise Heurtier.
Marie, une jeune lycéenne de 16 ans, sait peu de chose du passé de sa famille. Elle sait juste qu’elle a du sang népalais. Elle ne connait pas son père et sa mère refuse d’évoquer ses origines, elle se raccroche donc à ce qu’elle peut, se passionne pour le Népal en imaginant sa famille. Mais un jour un vieil homme va lui remettre un mystérieux carnet rouge qui lui apprendra bien des choses…
Autant le dire tout de suite j’ai eu un coup de foudre pour l’écriture d’Annelise Heurtiercomme ça ne m’était pas arrivé depuis Séverine Vidal (d’ailleurs ça ne m’était pas arrivé depuis, et rarement avant, de dire à voix haute « j’adore son style ! »). Son roman, ce qu’il raconte, est bien sûr passionnant (à tel point que j’ai lu la dernière moitié d’un coup et me suis couché à pas d’heure tellement je voulais savoir la fin) mais son écriture est belle et sensible, drôle et touchante. Le genre qui provoque un réel enthousiasme. Un enthousiasme qu’on aime ressentir mais qu’on ressent rarement, de ceux qui font aimer la lecture, de ceux qui nous donnent envie de tout lire ce que cette auteure a écrit (ce que je pense faire). On parle donc ici du Népal, des Kumari (comme dans Quand j’étais déesse dont je vous parlais l’autre jour) mais surtout des racines dont on a besoin pour grandir. Comment se construire si on ne sait pas d’où on vient ? Annelise Heurtier pose aussi la fameuse question de vaut-il mieux connaître la vérité quitte à souffrir.
Le personnage de Marie est résolument moderne, attachant, très bien écrit. On suit à la fois la quête de son passé et ses histoires d’amours de lycéenne, ses problèmes avec ses prof et la belle relation qu’elle a avec sa mère.
Un des plus beaux romans que j’ai lu ces derniers temps, captivant de bout en bout, absolument attachant. Un vrai gros coup de cœur.
Du coup j’ai enchainé sur La fille aux cheveux d’encre, toujours de la même auteure.
Timothée a 13 ans et comme régulièrement il arrive dans un nouveau collège, ce n’est pas drôle d’avoir des parents qui déménagent tout le temps. En entrant dans sa nouvelle classe il va avoir un coup de foudre immédiat pour la belle et étrange Chine.
C’est ici un roman pour ado qui parle principalement d’une histoire d’amour, mais au delà de ça, on parle des bêtises qu’on fait pour se démarquer, se faire aimer. Timothée est un jeune garçon qui se trouve insignifiant et qui va vouloir se montrer digne d’intérêt auprès de celle qu’il aime en faisant des choses pas très malines. Annelise Heurtier décrit aussi très bien les premiers émois, ces amours qu’on pense éternelles quand on a 13 ans, elle évoque aussi la différence de milieux et complexes qui ne sont pas les même d’un individu à l’autre (Chine semble forte aux yeux de Timothée mais souffre du désintérêt de ses parents à son égard, quand lui est complexé par son milieu populaire). C’est un très joli petit roman où les ados se reconnaîtront, retrouveront leurs questionnements, leur sentiment d’infériorité et où les adultes se rappelleront cette période qui avec le recul semble rose alors que sur le moment c’était loin de l’être.
Je suis vraiment très heureux d’avoir découvert cette auteure et je pense vous en reparler très prochainement.
Le carnet rouge d’Annelise Heurtier
Casterman. 12€
Public : Lecteurs confirmés
La fille aux cheveux d’encre d’Annelise Heurtier, illustré par Princesse CamCam
Folio Junior. 6,85€
Public : Lecteurs confirmés (dès 10 ans d’après l’éditeur)

jeudi 22 mars 2012

La Dépêche du 23 mars

Aujourd'hui, une double page dans la Dépêche de Tahiti, avec un bel article de Sandrine Guyonnet, qui "teste" mes livres pour vous^^

Outre les ateliers d'écriture du mois d'avril (à la maison de la culture), elle réalise un petit focus sur notre ouvrage collectif " On n'a rien vu venir", qui lui a "collé des frissons" !





dimanche 18 mars 2012

Les nouvelles de Tahiti du 17 mars

Hier dans les Nouvelles de Tahiti, il y avait une grande page-rien-que -pour-moi ! Même pas de pub pour la Charcuterie du Pacifique ou Hervé Matériaux sur le côté ^^ Trop classe.


Par contre, je ne savais pas qu'il s'agissait d'une interview au sens propre...Or on ne peut pas dire que le langage "parlé" tronqué et retranscrit tel quel sur le papier soit très heureux à lire...
Pour un auteur, on a l'impression que j'ai 100 mots de vocabulaire et que je ne suis pas fichue de construire une phrase sans y coller une répétition :-/ 

Hé, je vous assure, j'en connais, des mots ! Tenez, par exemple, "diacritique","molequin",  "sigisbée" ou  "Gnothi Seauton", même que c'est du grec. Bon c'est sûr, ils ne sont pas facile à placer, ceux-là (qui a dit qu'ils ne servaient à rien ? )




En tous cas, merci à Heiura pour cette sympathique rencontre  ! 

Si vous voulez écouter ma voix suave et envoûtante...

Oui enfin bon, ma voix, quoi, c'est par là :

http://polynesie.la1ere.fr/radio/podcasts/voyage-en-1ere/livres-pour-enfants_88394.html

Il s'agit de l'émission "les consultations" diffusée tous les matins de 10H à 11H sur RFO Polynésie 1°. J'ai été l'invitée de Pascal lundi 12 mars dernier.
En tous cas, une chose est sûre : il est toujours trèèèès difficile de s'entendre parler...(Quoiiii ? Mais c'est ma voix, çaaaaaa ?)

lundi 12 mars 2012

Rendez-vous !

Je serai mercredi à la maison de la culture de Papeete pour une rencontre avec...qui veut bien !
Non non non, le Fare Tahauti nui ne s'est pas reconverti en agence matrimoniale...Il s'agit d'une rencontre auteur-lecteurs, tout ce qu'elle a de plus sérieuse. Enfin, pas trop quand même. Même pas du tout^^ Bonne humeur et histoires farfelues seront au rendez-vous !

A 14H30 en tous cas, je serai à la bibliothèque jeunesse pour parler de mes livres et répondre à toutes vos questions (enfin presque, hein. Par exemple, je ne dis jamais combien je mesure.)

http://www.maisondelaculture.pf/index.php?option=com_content&view=article&id=1072%3Aannelise-heurtier-auteur-jeunesse-presentera-ses-uvres-en-bibliotheque-enfants&catid=55&Itemid=305

Et sinon, ce matin, j'ai fait ma première télé, sur RFO Polynésie, dans l'émission Fare Maohi, où j'ai pu parler de mes livres et des ateliers d'écriture qui auront lieu pendant les vacances d'avril à la Maison de la Culture.
Un peu de stress, mais je crois que ça s'est bien passé ! Pas trop de bafouille, d'épinard coincé dans le sourire ou autres gadins en plein milieu du plateau.

En tous cas, merci à Mylène pour son dynamisme, sa gentillesse et son envie de renouveler sans cesse les activités de la Maison de la Culture ! C'est chouette et ça fait du bien !

Voilà, je vous donne donc rendez-vous mercredi !
Dommage pour la famille et les copines de métropole, que ce soit si loin....c'est sûr, le billet d'avion est un poil plus élévé qu'un lyon-paris en train !

jeudi 8 mars 2012

Cette histoire de son, ça me fait penser...

Qu'à la rentrée sortira mon premier livre- CD !
C'est la fabuleuse équipe de Benjamins media qui officie, et comment !
Aux pinceaux, c'est la géniale Cecile Gambini qui est en train de travailler...autant dire que j'ai hâte de voir comment elle imagine mon géant mélomane...


Voici un teaser...

Poussez les tables, enlevez vos chaussures, ça va swinguer !





Image et son

Deux mignonnes petites fées parlent de mon petit roman "la fille aux cheveux d'encre" à la fin de ce journal :

http://www.rtbf.be/ouftivi/grands/article_dans-les-niouzz-ce-vendredi-24-fevrier?id=7619953

J'adore le "Ce livre est fait pour tout le monde. Mais surtout pour les filles !" ^^
Merci les cocottes !




En parlant de journal, voici une petite devinette :
Qui est ce qui passe sur RFO (Polynésie Première) lundi midi et qui a encore 4 jours pour faire dégager ce vilain bouton sur la joue ?

Je passe aussi à la radio, le même jour. Normalement, le bouton, il se verra pas.
Sauf si ils mettent une pub "tululut, eau précieuse, tululut ", auquel cas je quitte le plateau sur le champ ! ^^ 


Je fais la maline, mais en vérité, je n'en mène pas large !

mercredi 7 mars 2012

Dans les librairies Payot, ils ont très bon goût

Surtout en matière de "coups de coeur". Visez un peu (en plus pour ne pas vous fatiguer, je vous ai mis des flèches) :



A la FNAC aussi (mais faut avoir de bons yeux avec eux)



Le plateau "spécial élections" de la librairie Chapitre d'Orléans : 



mardi 6 mars 2012

Un livre "salutaire" ....

* Sélections*







  • On parle d"on n'a rien vu venir" à la télé et à la radio : 


Sur télé Bruxelles, suite à la diffusion d'un reportage sur des écoliers en visite à Auschwitz
http://www.telebruxelles.net/portail/emissions/magazines-a-voir-en-ligne/terre-urbaine/18471-150312-voyages-memoriels-des-ecoliers-en-visite-a-auschwitz-



Sur Paris Première, dans l'émission "ça balance à Paris", samedi 17 mars. Merci Tristane Banon !
http://www.youtube.com/watch?v=QjPU3y2eJ5k&feature=youtu.be



Sur France Inter, dans l'émission "les affranchis" du mercredi 14 mars, à 11H55 environ (mais je n'ai pas de podcast dispo !)




  • Dans les journaux et sur le net : 



sUR LE SITE LE LIVREPOLITIQUE.FR




C’est le soir des élections. Aujourd’hui. Chez Hector, les parents, ravis, sont devant la télé : le « Parti de la liberté » arrive au pouvoir, et c’est la fête, mieux que la Coupe du Monde. Les drapeaux rouges et bruns flottent aux fenêtres, les cris de joie et les chants « Le pays libéré de sa vermine »  envahissent les rues. Champagne!
Mais les lendemains qui chantent… sonnent un peu faux.  On leur a promis « du nouveau, une société en mouvement » : Hector, ses copains, ses parents, le pays tout entier devra se lever à 6 H 33, sous peine de représailles. Et puis il y a la maman de Walid et Samia, qui a peur, parce que fleurissent desnuanciersinstallés aux feux, dans la rue, pour que votre voisin vérifie que vous n’avez pas la peau trop foncée… S’affiche la liste des aliments autorisés, la liste des couleurs de vêtements à respecter, la liste des exercices physiques obligatoires au réveil, la liste des chants interdits. Vérifications effectuées avec les caméras à domicile.
Vient le jour où Simon, à cause de sa jambe handicapée, doit être enfermé, puis le jour où Quentin a peur pour ses 2 papas. On verra des familles fuir, des musiciens faire de la musique «sans le son ».
Comme on veut croire que l’espoir est vivant, et que les enfants sont l’avenir des hommes, ces ados se lèveront la nuit, tournevis en mains, trouveront leurs solutions, pour s’inventerleurs révoltes et peut-être une autre vie.
Les 7 auteures ont chacune adopté une famille, pour écrire ce roman d’anticipation politique qui étreint. Elles parlent avec les mots des jeunes d’aujourd’hui, et chacun va y reconnaître les siens.
A quelques semaines à peine d’un rendez-vous avec les urnes, on s’interroge : et si nous aussi « on n’a rien vu venir » ?

Un livre intelligent, sensible, salutaire – et indispensable. A mettre entre toutes les mains, à partir de 9 ans, mais les adultes pourront y trouver sujet de réflexion, et de discussions avec leurs enfants.
Ce n’est certainement pas juste pour plaire à l’éditeur que Stéphane Hessel a accepté de préfacer ce livre.
Avertissement : toute ressemblance avec des événements qui pourraient advenir un 6 mai 2012, dans un pays démocratique, ne peut être que le fruit du hasard, ou le résultat de l’abstentionnisme.
J.V.
Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier, Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal, illustré par Aurore Petit, On n’a rien vu venir, préface de Stéphane Hessel, Alice Editions, 12,00 euros
Sur le site de la ligue des droits de l'homme :
On n’a rien vu venir, roman à 7 voix illustré par Aurore Petit et préfacé par Stéphane Hessel.

En cette période de campagne présidentielle française, découvrez ON N’A RIEN VU VENIR, un roman étonnant et instructif pour les jeunes lecteurs de 10 ans et plus, écrit à 7 voix et préfacé par Stéphane Hessel lui-même.


À travers le regard de 7 familles, il décrit l’arrivée au pouvoir du « Parti de la Liberté » et les mesures radicales qui s’ensuivent.

7 auteur, 7 chapitres, 7 facettes de la politique extrémiste d’un parti qui s’est fait discrètement sa place et pour qui la plupart ont voté, parce que ce qu’il disait avait l’air si bien… Un texte qui montre, avec des mots adaptés à son public, les dégâts que peut produire la propagande démagogique, lorsqu’« on n’a rien vu venir ».




Sur le blog d'Anne Loyer 



On n’a rien vu venir

C'est une victoire ! Et ce devrait être une belle victoire. Celle du parti de la Liberté, qui vient de remporter les élections haut la main. La fête s'invite dans la rue et chez Hector. Le jeune garçon voit ses parents fous de joie et aimerait partager leur confiance. Mais une affiche trouvée dans la rue, la peur de son copain Walid, les mises en garde de certains l'en empêchent. Le font rester en retrait de la joie familiale. Chez les Miquelon, à peine la nouvelle équipe au pouvoir, le voilier est restauré, prêt à prendre la mer, à quitter les rivages d'un pays qu'ils ne reconnaissent déjà plus...  Au fil des jours les listes de ce qui est interdit s'allongent, de ce qui est permis raccourcissent. Avoir la bonne nuance, ne pas être différent, se lever tous à la même heure, ne pas faire de vague... les restrictions pleuvent, l'uniformisation guette, la pensée individuelle disparaît... bref la dictature perce. Personne n'a donc rien vu venir ? Heureusement les esprits s'éveillent et la résistance s'organise.
Sept familles, sept plumes, sept alertes ! Ce livre, admirablement préfacé par Stéphane Hessel, résistant et auteur de l'emblématique Indignez-vous, est un message à sept voix. Anne-Gaëlle Balpe (Lire aussi Bonhomme et le caillou bleuRoulette russe : Noël en juilletRouge-bitume), Sandrine Beau (Lire aussi  L'hippopotinDes crèpes à l'eauRoulette russe : Noël en juillet ; Rouge-bitumeL'été où mon grand-père est devenu jaunophile), Clémentine Beauvais (Lire aussi Samiha et les fantomesLa plume de Marie), Annelise Heurtier (Lire aussi La fille aux cheveux d'encre), Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal (Lire aussi  Comment j’ai connu papaPlus jamais petitePhilo mène la danseArsène veut grandirLâcher sa mainDu fil à retordreRoulette russe : Noël en juillet ; Rouge-bitumeJe n'irai pasLéontine, princesse en salopettePrune : la grosse rumeur ; le fils de la nouvelle fiancée de papaMamythologie) ont réuni leurs talents et leurs convictions en se glissant chacune dans un personnage qu'elles font évoluer au fil des évidences qui explosent à la figure des protagonistes, comme autant de bombes à retardement. Trop foncés, handicapés, homosexuels, marginaux... ils doivent disparaître du paysage. Comment réagir face à ces menaces insidieuses, à ces réglementations ahurissantes ? En osant dire non, tout simplement... Un livre édifiant qui tombe à pic, au moment où les élections se préparent, et avec elles, l'heure du choix. Un roman percutant pour ouvrir les yeux... avant ! A lire et à faire lire dès 10 ans, parce que "Il n'est jamais trop tôt pour s'engager !"





http://librairiesandales.hautetfort.com/archive/2012/03/19/on-n-a-rien-vu-venir-roman-a-7-voix.html#more

http://www.moliere.be/blog/2012/03/et-si-ca-nous-arrivait/

http://librairiegensdelalune.fr/2012/03/seance-du-220312/

http://luciolemasquee.hautetfort.com/archive/2012/03/21/on-n-a-rien-vu-venir.html

Pour finir cette semaine par un coup de cœur des vendeurs de la FNAC !

http://livre.fnac.com/a4035931/Collectif-On-n-a-rien-vu-venir



Dans la sélection des Sandales d'Empédocle, signée Jean-Luc, figure notre roman à 7 voix : "Ce roman est passionnant et à faire lire à tous des plus jeunes aux adultes, pour comprendre et se remémorer qu’une élection est importante, que l’engagement l’est tout autant et que la démocratie est notre bien le plus précieux".

La Librairie du Rivage (qui se plaignait du succès de notre roman, en rupture de stock, l'a enfin reçu) et en a fait un de ses coups de cœur par la voix de Catherine : L’épilogue fait place à l’espoir. Malgré l’incertitude des lendemains, certains vont tout tenter de défendre le droit à la différence car "la différence, c’est justement ce qui est beau". Prescription personnelle : usez et abusez de ce texte !

Ariane Tapinos de la Librairie Comptines à Bordeaux en dit ceci :Bien écrit et terriblement efficace, ce court roman, accessible à de jeunes lecteurs, fait froid dans le dos. Il se termine sur une note d’espoir qui voit les habitants se préparer à une grande manifestation contre le pouvoir en place. Un roman qui se veut un appel à la conscience civique des plus jeunes.




Le blog C(h)oeurs de Citoyens, blog collectif créé par des citoyens d'horizon divers pour qui Liberté, Égalité, Fraternité, plus que de simples mots, sont des valeurs à faire connaître et partager autour de soi, a choisi de donner un coup de projecteur sur "On n'a rien vu venir".










Dans le "Citrouille" de septembre 2012




http://boumabib.fr/2012/07/20/on-na-rien-vu-venir/
On n’a rien vu venir


20 juil

Le Parti de la Liberté a gagné les élections. Une partie de la population est en liesse, l’autre commence à frissonner de peur. Le nouveau pouvoir proclame très vite de nouvelles lois : l’heure à laquelle se lever, quoi manger, boire, dire ou chanter. La liberté est contrôlée. 7 voix, 7 enfants d’un même village nous racontent leur quotidien bouleversé.

J’introduirais mon billet en portant votre attention sur le fait que tous les auteurs sont des femmes. Je ne sais pas si c’est voulu ou si c’est un fait du hasard mais j’aurais quand même bien aimé un peu de parité ici aussi De plus, j’ai trouvé dommage que les textes ne soient pas signés. On ne sait qui a écrit quoi. Mais bon, cela ne nuit en rien à ce très bon roman dont je vais vous parler aujourd’hui.

chaque chapitre est écrit comme une nouvelle par un auteur différent et montre le point de vue d’un enfant. Chacun porte un regard différent sur la nouvelle situation du pays, de leur ville et de leur entourage. Mais plus qu’un amas de nouvelles regroupées, on sent le travail de groupe des auteures. On retrouve dans chaque histoire des indices menant à une autre. Les enfants se connaissent, parfois de près, parfois de loin, et portent une vision sur la vie des autres. Le livre montre de multiples réactions à la montée de l’extrémisme : la fuite, l’attente, la rébellion, le conformisme, la résistance… Chacune ayant sa propre répercution sur la vie de l’enfant et de la communauté.

Le texte est bien fait car il montre comment un parti extrémiste peut arriver au pouvoir (n’oublions pas qu’Hitler a tout d’abord été élu). En tant qu’adulte, on aimerait voir les choses un peu plus poussées, approfondies, qu’elles restent moins en surface. Pour moi, ce roman est surtout une invitation au dialogue avec les enfants afin de ne jamais laisser se reproduire les erreurs du passé. Je conseillerais ce livre à partir de 10/11 ans car il faut déjà avoir quelques notions d’histoire ou de politique…






ARTICLES, EMISSIONS TV, RADIO ...

Sur Ouf Tivi ! (avec une lectrice de 11 ans incroyable !)

Dans le Citrouille du mois de septembre 2012 !





(ouvrage cité en référence, 20è minute du reportage)
Mairie de saran, coup de coeur