J'ai quitté la Polynésie (quelle idée) au printemps 2016 et suis donc désormais disponible pour des rencontres scolaires. A bientôt !



dimanche 29 novembre 2009

Intervention au festival "Joie de Lire" à Villers-le-lac

"Villers le Lac, mais c'est où ça ?" je vous entend dire avec une pointe d'ironie. Touristes amateurs !!!
Villers le Lac est une charmante villégatiure tout près de la Suisse, où l'on peut voir, entre autre choses, le splendide spectacle naturel qu'est le Saut du Doubs, cascade de 27 mètres de haut, classée Grand Site National (?).


Et tous les ans, à Villers le Lac est organisée une manifestation appelée Joie de Lire et qui a pour but de promouvoir la lecture dans les écoles et collèges de la ville.
Jeudi 26 novembre, j'ai donc été accueillie dans 4 classes différentes, pour rencontrer des enfants ayant travaillé sur "Tu seras pirate mon fils".

(note : merci au petit garçon qui m'a amené un tabouret )


1/ L'école des Bassots est une charmante école "à l'ancienne", avec seulement 2 classes pour une cinquantaine d'élèves du CP au CM2.
Les enfants que j'y ai rencontrés avaient très bien préparé la rencontre et m'ont réservé de jolies surprises en plus des traditionnelles questions sur l'écriture et la réalisation d'un livre .

Un grand bravo aux 3 petites musiciennes qui ont mis en scène un résumé de "Tu seras pirate mon fils" avec des bruitages réalisés au violon. Tout simplement génial.


Bravo aussi à l'affiche fabriquée par les garçons ainsi qu'au résumé de "Ma grand-mère a un amoureux" très bien présenté dans une reproduction de la couverture du livre.

Merci aussi pour tous les dessins que j'ai reçus !

2/ A l'école du centre, j'ai rencontré 3 classes de CE2/CM1. Dans les 2 classes de l'après-midi, nous avons terminé la séance par du travail d'écriture. Le but du jeu était de ré-écrire, par petits groupes et en quelques lignes, la suite du roman (en fonction de l'endroit du texte lu jusqu'alors).

Je l'ai promis aux enfants, alors je recopie ici (avec les fautes !), les productions de chaque groupe.


Classe de Mme Emonin


Océane, Chloé, Eliott, Léo et ThomasFlibuste chercha son papa dans le bateau après avoir vu ses soeurs pour se réconssilier. Ils veulent aller se réconssilier et Jaque et son papa pleura pendant 5 jours et le sixième jours ils se réconssilia et deviennent pirates sur le bateau Quaraybe.

Alois, Valentin, Nicolas, Alexandre
Flibuste et son père se réconcilie pour former une seule équipe.
- Flibuste, je te nomme capitaine de mon bateau dont le nom sera "le Tirayer".

Maeva, Manon, Charlotte
Flibuste et Archibald se rencontrairent et les deux dirent ont va changer de travail. Flibuste dit à son père, et faisons écrivains, d'allieurs nous écrirons notre histoire et cette histoire c'est celle que vous venez de lire.

Zoé, Dieynaba, Léo, Théo et Alexandre
Flibuste va voir Archibald et ils sont reconssilier. Puis il dit je serai pirate pendant 2 semaines et les 2 semaines suivant je serai navigateur. Puis ils rentrèrent tous chez eux. Mais comment va-t-il faire pour aller découvrir de nouvelles terres en juste 2 semaines ? Le lendemain il alla chez le roi, il trouva une bouteille comme quoi était viré. Alors le restant de sa vie il fera pirate.

Baptiste, Tristan, Amandine et encore Tristan
Flibuste alla voir son père accompagner de ses soeurs et sa mère et lui proposa quel que chose:
"- papa je te propose de changer de métier et de faire navigateur avec moi mais tu dois changer de prénom et tu t'appeleras...christophe Colombe". Et il découvrit l'amérique.


Corentin

Flibuste vu un autre pirate mais quant il fut tué il pleura quart c'était son père mait il ne l'avais pas remarquer. FIN




Classe de Mlle Barbier

Jeanne, Valentin, Anthony, Marion
Mais il ne veux pas devenir pirate, il veut vende des bateau. Sont père refuse car il a peur que flibuste vende son propre bateau.
- Mais Flibust, tu ne vas pas vendre mon bateau
- Mais non ne t'inquiète pas papa
- T'as qu'à pirater des bateaux pour les échanger contre du chocolat
- Non je veux les vendre ni les pirater"

Adil, Kevin, Théa, Olivier, Louis
Le problème c'est que Flibuste ne veut pas devenir pirate et Archibald pleure. Archibald insiste et fait du chantage. Mais Flibuste ne veut pas et il vet fair agent de marine contre les pirate. Il ont fait un parie se lui qui reste le plus lonten la main sur le barbeque.

Marine, Aysenur, Izel, Didem, Tiffany
Le problème c'est qu'il ne le désirait pas vraiment. Flibuste voulait devenir boulanger. Archibald n'en croyait pas ses oreilles. Flibuste aimait tellement le bon pain chaud qu'il sort du four qu'Archibald était d'un coté pour le bon pain chaud qu'il fesait et qu'il pouvait s'empifrer de bon pain au chaucolat de l'autre coté il a perdu son tant à tout lui apprendre sur les pirates pendant dix-huit ans.

William, Quentin, Robin, Romuald, Adrien
Mais le problème c'est que Flibsute n'a aucune envie de devenir pirate. Un soir il prometait parole de cordaire. "Je ne serai jamais pirate parce qu'il veux être conducteur de tondesues à gazon". Puis il le disa à son père se qu'il voulait il rajouta "que sa te plaise ou non je ne changerais jamais d'avis".
Son père lui dit "Mais il n'y a pas d'erbe sur un bateau "
J'en ferai pousser. Dit Flibuste. Puis il s'en alla pour toujours.

Marlon
Il ne voulait pas devenir pirate et il voulai vendre des bateau "Mets nont tu ne va pas vendre mon batteau" sit Archibald "Mets non papa je ne ver pas vendre ton bateau" dit Flibuste.

Jennyfer, Valentine, Charlotte, Océane, Coralie
Le problème c'est que Flibuste n'a rien retenu de cette grande leçon qu'Archibald lui a appris car il ne veut pas devenir pirate. Flibuste se révolte :
-Papa je ne veut pas devenir pirate je veut être chanteur !
- Tu rêves d'être chanteur !!
- Oui papa c'est ça .
- Si tu veux être chanteur, chante !
Flibuste chanta tellement mal que les oiseaux tomba de leurs arbre. Archibald dit :
- Tu chantes mal, choisi un autre métier par exemple agriculteur.
- Jamais, je ferai chanteur pour la fin de ma vie.

Ce fut une journée bien remplie ! Merci à tous les enfants et aux instituteurs/trices pour leur accueil et leur collaboration. Merci à Sylvie Berthet Droxler pour son accueil et merci à Brigitte, son mari, Laura, Florian et la jolie petite Cécile pour le déjeuner ! Une adresse à retenir ;-)

Ne dis rien si tu m'aimes

Et voilà un extrait de mon dernier boulot. C'est un roman de 50 000 signes pour des enfants de 8/10 ans je pense (quoique !).
Il s'appelle "Ne dis rien si tu m'aimes" et traite de la déception, j'ai envie de dire. Pas facile de voir et d'admettre que quelqu'un qu'on aime aveuglément puisse agir mal...
Amis éditeurs...

1.
Aujourd’hui, ça fait un mois que j’ai rencontré Chine. Un petit mois de rien du tout, alors que j’ai l’impression de la connaître depuis toujours.
Chine, ce n’est pas un pays, mais mon amoureuse, ce qui est comme un meilleur copain, mais en mieux. Moi, je m’appelle Timothée, j’ai 10 ans, une cicatrice au sourcil droit et j’ai déjà déménagé 4 fois.
Chine, c’est la première personne qui m’a parlé quand je suis arrivé dans ma nouvelle école.
Je déteste être le nouveau, ce qui tombe mal parce que justement, ça m’arrive souvent. Tout le monde vous regarde comme si vous étiez en slip ou comme si vous portiez les chaussures de votre grand-père, ou les deux à la fois. Il faut traverser toute la classe sous les regards des élèves qui se retournent au fur et à mesure, ça donne l’impression d’avoir des semelles de plomb.
Quand je suis arrivé dans la classe, je l’ai tout de suite remarquée. C’est comme si tout avait été en noir et blanc, sauf son pull rouge et elle dedans. Je n’avais jamais vu quelque chose d’aussi joli, à part peut-être le camion de pompier que j’avais eu quand j’étais petit. Elle était assise, les bras croisés, un drôle de petit sourire sur les lèvres. Elle avait les cheveux très bien coiffés et la peau dorée comme les toasts que ma mère nous fait parfois le samedi matin.
- Timothée ? Timothée !
La voix de la maîtresse, qui m’avait planté sur l’estrade pour me présenter aux autres, m’a fait sursauter. Si ça se trouve, elle avait dit :
- Les enfants, voici votre nouveau camarade. Il s’appelle Jean-Gyrophare et il collectionne les restes de camemberts.
Mais je m’en fichais complètement, j’étais trop occupé à contempler la Fille à la Peau Toastée.
Mme Chabert a continué :
- Voyons, Timothée…où est-ce que tu vas t’installer ? Tiens, va donc là-bas, à la table de Chine.
Sur le coup, je n’ai pas très bien compris. C’était quoi, cette histoire de tables chinoises ? Et à quoi est ce que ça pouvait bien ressembler ?
Et puis la Fille à la Peau Toastée s’est levée et j’ai réalisé que Chine, c’est comme ça qu’elle s’appelait. Chine.
Chine Chine Chine.
J’ai répété plusieurs fois le prénom dans ma tête et j’ai décidé que ça lui allait parfaitement bien, parce que c’était un prénom incroyable. Comme elle.
D’un coup, j’ai eu la trouille. Qu’est ce que j’allais bien pouvoir lui dire ? En plus, ma mère avait insisté pour que je mette mon pull à carreaux, qui est moche et qui gratte. Elle allait me prendre pour un guignol, c’est sûr.

vendredi 6 novembre 2009

Revue de presse

Haaa, ça m'éneeeeeeeerve !!! Je voulais vous faire un petit copier-coller des critiques parues pour "les étranges disparitions", et je ne peux plus coller justement ! Keskecé que cette blague ? Pourquoi ça marche pas ?